Quels objets doit-on acheter made in France ?

2/27/2020 4:19:21 PM

Consommer local est primordial pour soutenir l'emploi, préserver les savoir-faire français et réduire l'impact écologique de la production, notamment celle liée à l'empreinte carbone. 

Pourquoi est-ce si important de choisir des objets publicitaires made in France, et quels sont ceux dont on doit privilégier la fabrication locale ?

Retour sur les raisons du déclin industriel français et sur les savoir-faire qu'il est important de soutenir au travers de vos achats d'objets publicitaires.

 

Le déclin de l'industrie française 

Entre les années 70 et 2000, la France a connu un déclin industriel sans précédent, perdant 36 % de ses effectifs. En effet, la mondialisation a ouvert la concurrence au niveau international et mené les entreprises à chercher toujours plus de compétitivité en sur-optimisant les processus de production pour regagner des parts de marché perdues. Externalisations, évolutions techniques demandant moins de main d'oeuvre, coût bas de celle-ci dans les pays émergents couplées à des legislations plus souples du point de vue environnemental et sanitaire ont poussé à la baisse d'effectifs en France puis à la délocalisation massive. 

Quels sont les domaines les plus impactés qu'il est nécessaire de soutenir par notre consommation ? 

 

Le textile, savoir-faire en lente reprise

Les ateliers de production textile ont d'abord filé (!) vers les pays d'Europe de l'Est du bassin méditérannée, compromis entre la proximité avec les maisons-mères et la main d'oeuvre abondante et peu chère. La donne change un peu avant les années 2000 en prévision d'un bouleversement majeur du domaine textile : la fin : la fin des quotas sur les importations textiles en 2005 et l’entrée de la Chine à l’OMC.

A partir de 2005, les entreprises Occidentales accèdent aux avantages de l'Asie : main d'oeuvre discount, normes environnementales et sanitaires peu exigeantes, matières premières à prix réduit. La Chine va sécuriser sa volonté de devenir "l'usine du monde" en pratiquant pendant 10 ans le dumping, une pratique qui consiste à vendre sur les marchés extérieurs à des prix inférieurs à ceux du marché national ou inférieurs au prix de revient. La stratégie paye et les entreprises se ruent en Chine. Plus tard, ce sont de nouveaux pays émergents qui attireront par des prix encore plus bas que ceux de la Chine, maintenant rôdée : le Viêtnam le Cambodge, le Bangaldesh, l'Inde...et le problème ne cesse de se déplacer, impliquant les désordres écologiques et sociaux que nous ne pouvons plus nier, dénoncés par nombre de reportages (The True Cost, Vert de rage) et drames (le Rana Plaza) ces dernières années.

Aujourd'hui, il est indispensable de favoriser le made in France pour plusieurs raisons : relancer l'industrie française pour créer de l'emploi et préserver nos savoir-faire, mais aussi pour réduire l'impact environnemental colossal de la production textile du bout du monde, ainsi que son mode d'esclavagisme moderne des populations les plus précaires.

Des marques qui fabriquent en France vos textiles publicitaires :

Des bracelets événementiels en combinaisons de surf recyclées :

 

Des sacs en en matière recyclée ultra personnalisables - on peut même utiliser votre matière à recycler !

Les t-shirts French Sunday, qui brode même à Paris 

Le bois, l'or vert sous-exploité de la France 

Nous disposons d'un forêt riche de plus de 60 essences différentes réparties massivement sur le territoire, faisant de la France la 4ème surface forestière la plus étendue d'Europe. Aujourd'hui encore, la filière du bois compte plus de 400.000 travailleurs dans l'Hexagone. Pourtant, toutes les étapes de transformation du bois ne sont pas réalisées chez nous et pour cause : la demande française en scierie concerne majoritairement les arbres dits "épineux" (Douglas, épicéas, pins) alors qu'ils ne représentent que 25 % de nos forêts ! Les feuillus correspondent aux 75 % restant et sont donc, eux, exportés pour la plupart afin d'être sciés en Chine...et de revenir à l'envoyeur pour la plupart, une fois transformés en produits finis.

Car les français sont gourmands en bois : plus de 6 milliards d’euros de produits en bois sont importés par an. “C’est comme si on exportait le raisin avant de faire le vin !» résumait un scieur auprès de Libération en 2016.      

En tant que professionnel, vous avez l'occasion de privilégier les objets en bois français transformés sur place, afin de revaloriser la filière et de réduire l'empreinte carbone de votre consommation de bois.

 

Des marques qui fabriquent en France vos objets publicitaires en bois :

Des montres en bois français éco-certifié assemblées en France :

Badges en bois solidaires fabriqués en Isère ou dans le Jura :

 

 

Marque-pages règles en chutes de chêne massif gravées à Grenoble :

La papeterie, victime des changements de consommation

À l’époque de l'âge d'or du papier en France, la Charente emploie plus de 3.000 personnes - dont la moitié au sein de l’usine Laroche-Joubert à Saint-Michel. Aujourd’hui, cette usine est la dernière productrice de papier française du groupe, et n’emploie plus que 250 personnes. Le déclin du secteur a commencé dans les années 60 et en 1986, les deux tiers des papeteries françaises avaient fermées. Une explication évidente est, bien sûr, le changement des modes de consommation, notamment la baisse du courrier puis, plus tard, l’apogée des médias en ligne et communications électroniques. Le coût bas de la main d’oeuvre dans des pays européens comme la Roumanie est une autre raison du déclin français du papier, ainsi que la suroptimisation des processus de production, qui externalisent et spécialisent les sites par opération. Il faut comprendre que le secteur papier dépend d’autres industries : en cas de crise des médias, on réduit les exemplaires des journaux. Si une compagnie vend moins ou réduit ses déchets, les cartons et emballages papiers disparaissent. 

Enfin, les problématiques environnementales ne sont pas en faveur d’une industrie papetière florissante. Aujourd’hui en effet, on ne recycle plus de papier que l’on en produit neuf en France. Pourtant, même ce débouché a ses limites : l’approvisionnement en papier collecté est plus grand que la demande de papier recyclé, soulignait la Confédération européenne des industries du recyclage en 2019.

Comment soutenir la papeterie française, sans compromis sur l’impact environnemental ? En achetant du papier recyclé, notamment en tant que professionnel ou entreprise, ou du papier issu de forêts éco-certifiées FSC ou PEFC.

 

Des marques qui proposent vos objets publicitaires en papier recyclé :

Carnets en papier recyclé fabriqués en Lozère :

La céramique et l'art de la table, l'excellence française perdue

Les arts de la table

Elle en est le plus triste exemple : la manufacture de Digoin, en Saône-et-Loire a été créée en 1875 et a compté jusqu’à 600 salariés. Aujourd’hui, elle n'en emploie que 25, et des centaines de moules, inutilisés, y sont toujours conservés religieusement. Pourquoi une telle crise de la céramique et des arts de la table en général ? Tout d’abord, la concurrence asiatique à bas prix depuis la mondialisation. Mais aussi les changements d’habitude : on ne s’installe plus tous les jours à table pour de grands dîners en famille. Enfin, si l’arrivée du verre a mis du plomb dans l’aile à la céramique, c’est surtout le plastique qui a fini de tuer tout le secteur.  

Des entreprises françaises qui twistent l’art de la table pour vos objets publicitaires écologiques :

Des mugs en verre trempé français, personnalisables aux noms de chacun de vos employés en gravure laser made in Paris :

 

Des parfums d'intérieur en céramique fabriqués à Limoges, pour des cadeaux d'affaires élégants et surprenants :

 

 

Le cas de la porcelaine 

La porcelaine est un type de céramique particulier très résistant. Inventé en Chine au 8ème siècle, elle est révélée par Marco Polo au 13ème siècle, puis rendue accessible à l’Occident lors de l’ouverture de la route des Indes par Vasco de Gama : l’Europe l’importe alors massivement, et met tout en oeuvre, sans succès, pour en percer le secret. Des tentatives de porcelaines lanceront les premières manufactures en France, mais ce n’est qu’en 1709 que la recette est dévoilée. En 1769, c’est la découverte hasardeuse dans le Limousin du kaolin, qu’une femme utilisait pour laver son linge. Cette trouvaille entraîne l’ouverture de multiples manufactures françaises spécialisées dans cette porcelaine : l’Hexagone devient rapidement une référence dans ce domaine. Malheureusement, les crises successives (1929, 1980, 2008) et l’ouverture aux marchés asiatiques tuent le secteur de la porcelaine, qui employait encore 8 000 personnes en 1970 contre 1 500 en 2009.

📖A lire : La porcelaine et ses avantages dans le domaine de l’objet publicitaire 

 

Des porcelainiers de qualité pour vos objets publicitaires durables made in France 

Pillivuyt, et sa porcelaine renommée notamment grâce à sa pâte Pillenium récompensée par un prix de l’Innovation pour sa résistante. Labellisée “Entreprise du patrimoine vivant” depuis 2009, sa réputation d’excellence n’est plus à faire.

Revol, expert céramiste depuis 9 générations. Vous le connaissez forcément : il est à l'origine du célèbre "gobelet effet froissé" en porcelaine. Pied de nez engagé à l'industrie du jetable, le "Froissé" est aussi pérenne que son alter ego est éphémère. La marque a même réussi le pari de sortir une version recyclée du "Froissé"!

Les avis de la communauté

Aucun commentaire pour le moment

Donne ton avis