Guide pratique pour choisir et utiliser son masque en tissu

4/9/2020 2:58:10 PM

Face à la pénurie actuelle de masques chirurgicaux et FFP2, certains de nos créateurs éthiques ont décidé de ne pas rester les bras croisés et ont adapté leur outil de production pour proposer des masques en tissu. Mais que valent-ils ? Quelles normes exiger ? Comment les choisir ? Là encore, Dream Act vous aide à faire les bons choix de consommation. 

Moyen de protection zéro déchet et local, les masques en tissu sont-ils pour autant efficaces ? 

Un masque en tissu n’est certainement pas comparable à un masque FFP2. Il a cependant l’avantage de limiter la transmission de nos postillons vers l’extérieur et d’améliorer nos gestes barrières en diminuant la transmission par contact main-bouche. Un masque en tissu c’est donc mieux que rien ! 

Mais comme tous masques, il y a des précautions à prendre. Il existe de nouvelles normes, à bien regarder et exiger avant de vous fournir. 

Pourquoi porter un masque en tissu protège les autres ? 

Respirer, parler, tousser, cracher, éternuer… cela provoque l'expulsion de sécrétions respiratoires (gouttelettes ou particules infectantes). 

Ces particules formeront à la fois des grosses gouttelettes, qui auront tendance à s'agréger et à sédimenter (de 5µ à 100 µ) et à la fois des fines gouttelettes, qui s'évaporeront et formeront une sorte de multitudes de particules de taille inférieure à 5 µ.

Ces particules en aérosol restent longtemps en suspension dans l'air et parcourent les plus longues distances entre les individus sans contact nécessaire. La vitesse de chute d'une particule de 1µ dans l'air a pu être évalué jusqu'à 18,5 heures ! Pour rappel le diamètre du virus Covid-19 est de 125 nm, soit 0,125 µ (selon la publication du Docteur Ader).

La protection individuelle à l'aide d'un masque semble donc être indispensable pour protéger les autres en évitant ainsi les projections de gouttelettes. 

Dans ce sens, et dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus Covid-19, une note d'information interministérielle a été publiée le 29 mars 2020 par les Ministères de la santé et de l'Economie afin de définir deux nouvelles catégories de masques réservées à des usages non sanitaires.  

 

Quelles sont les deux nouvelles catégories de masques réservées à des usages non sanitaires qui ont été créées ? 

Ces deux nouvelles catégories sont réservées aux personnels non soignants. Celles-ci se distinguent par les publics à qui elles sont destinés. 

  • les UNS1 (ou catégorie 1) sont destinés à prévenir les projections de gouttelettes. Ce sont des masques individuels pour les professionnels amenés à rencontrer un grand nombre de personnes lors de leur activité (caissières, policiers…)

Leur efficacité de filtration des particules de 3µ doit être supérieure à 90% et leur "respirabilité" ou essai de perméabilité à l'air doit être supérieure à 96 L.m-2.S-1 pour une dépression de 100 Pa (pascal). 

  • les UNS2 (ou catégorie 2) sont destinés au milieu professionnel aussi pour prévenir les projections de gouttelettes. Ces masques, à visée collective, sont destinés aux personnes ayant des contacts professionnels occasionnels avec d'autres collègues (entreprise, service, bureau). 

La seule différence avec les UNS1 est l'efficacité de filtration qui doit être supérieure à 70% (et non 90%). 

En résumé, quand vous achetez un masque, il faut donc bien demander à voir ces deux données : 

Catégorie 1

Catégorie 2

Mais attention, un masque n'est rien sans son protocole d'usage et d'entretien ! 

 

Quels normes exiger ou attestations demander avant l’achat de masques en tissu ? 

Même si ces masques en tissu ne sont pas des dispositifs médicaux ou des équipements de protection individuelle, la note interministérielle rappelle que tout produit mis sur le marché Européen doit respecter les Directives, Guides et Règlements de l'UE.

Les fabricants engagent leur responsabilité et doivent évaluer et caractériser la performance de leurs masques à travers les contrôles suivants :

  • test au porté pendant 4 heures et garder le compte rendu du test pour traçabilité
  • évaluation de l'efficacité de filtration des particules de 3µ (microns) émises et de la respirabilité par un laboratoire indépendant. Ces protocoles de test doivent suivre la méthode de test décrite dans la norme européenne NL EN 149 de septembre 2009, le protocole d’essais élaboré par les organismes notifiés, le protocole d’essais décrit dans le document AFNOR Spec « masques barrières » ou le protocole d’essais décrit dans le document DGA du 25 mars 2020. 

 

Quelles vérifications faire avant d’acheter ? 

En plus des normes et attestations que vous pouvez demander, voici quelques informations faciles à vérifier par vous-mêmes pour tous types de masques : 

  • Le masque ne doit pas avoir de couture verticale nez-bouche ; 
  • Un masque barrière couvre le nez, la bouche et le menton ; 
  • Un masque barrière est une monocouche ou un composite multicouches fait d’étoffes (non tissé, tissu, tricot) avec ou sans film. Il comporte un dispositif d’ajustage sur la tête de l’utilisateur (jeu de brides). 
  • Il doit pouvoir être ajusté étroitement sur le nez, les joues et le menton de la personne qui le porte pour assurer une étanchéité suffisante vis-à-vis de l'atmosphère ambiante au niveau du visage de l’utilisateur, lorsque sa peau est sèche ou humide et lorsqu'il bouge la tête. 
  • Les masques barrières contre le COVID-19 qui satisfont aux exigences sont désignés de la manière suivante : Masque barrière AFNOR SPEC S76-001:2020 
  • Le masque barrière contre le COVID-19 doit être dimensionné de façon à correspondre à la morphologie moyenne de la population française visée. Les dimensions proposées sont basées sur certaines données anthropométriques de l’ISO/TS 169762:2015 « Appareil de Protection Respiratoire - Facteurs humains - Part 2: Anthropométrie ». 
  • Les masques barrières doivent être emballés de manière à les protéger contre tout dommage mécanique et toute contamination avant l’emploi. Les conditionnements individuel ou groupé restent à la discrétion du fabricant. 
  • Les matériaux utilisés doivent pouvoir résister aux manipulations et à l'usure pendant la durée de vie du masque barrière, indiquée par le fabricant.
  • Le masque barrière est conçu pour être réutilisable, les matériaux utilisés doivent résister aux produits et aux méthodes de nettoyage et séchage. L’efficacité de rétention s’applique aux masques ayant subis le nombre de lavages indiqués par le fabricant (et lisibles sur l’attestation de la DGA). 
  • Les matériaux susceptibles d’entrer en contact avec la peau de l’utilisateur ne doivent pas présenter de risques connus d’irritations ou d’effets indésirables pour la santé. 
  • Les matériaux susceptibles de libérer dans l’air inhalé des substances irritantes ne doivent pas constituer un danger ou une nuisance pour l’utilisateur. 
  • Le jeu de brides doit être conçu de telle façon que le masque barrière puisse être mis et enlevé facilement. Il doit être suffisamment solide pour maintenir le masque barrière en place de façon à éviter un serrage excessif et un inconfort durant son port. Le jeu de brides peut entourer la tête ou les oreilles de l’utilisateur. Il peut être réalisé au moyen d’un élastique ou d’un lien en étoffe type biais ou autre, fixé sur la monocouche ou le composite multicouche. Il peut être cousu ou soudé. D’autres moyens de fixation sont autorisés. 

Attention : L’utilisation d’agrafe peut constituer un danger ou une nuisance pour l’utilisateur. 

 

Comment nettoyer et sécher son masque ? 

Il est recommandé que le masque barrière en tissu résiste à 5 cycles de lavage au minimum. Mais attention, pour pouvoir réutiliser ces masques, le fabriquant doit faire au préalable la démonstration de la conservation des performances et exigences. Le nombre de cycle possible de lavage est indiqué dans l’attestation de la DGA et/ou par le fournisseur. 

Sans cette information le masque ne pourra être utilisé que 4 heures.  

Le cycle complet de lavage (mouillage, lavage, rinçage) doit être de 30 minutes minimum (blanchisserie ou autres) avec une température de lavage de 60°C et une lessive adaptée au tissu. 

Il n’est pas recommandé d’utiliser des produits spécifiques autres que la lessive habituelle. Attention cependant à ne pas utiliser d’adoucissant ! 

Le séchage doit être mécanique. Les masques barrières ne doivent pas sécher à l’air libre. En blanchisserie industrielle, il convient d’utiliser les séchoirs et sécheuses. Pour le séchage domestique, il convient d’utiliser un séchoir et de nettoyer les filtres du sèche-linge (et se laver les mains après). Dans tous les cas, les masques barrières doivent être séchés complètement. 

Attention aux idées circulant sur le web : ne nettoyer pas votre masque dans votre four à micro-ondes ! 

Le repassage doit se faire à une température de 120/130°. 

Attention, un masque qui vient d'être porté et qui ôté pour être nettoyé est dangereux ! Il s'agit de bien l'enlever, de le mettre dans un sac de lavage lui même contenu dans un sac jetable, et de se laver les mains à la fin de la manipulation. Lavez vos masques dans ce sac de lavage. 

Les mentions obligatoires que vous devez retrouver sur l’emballage de vos masques 

Les masques barrières doivent être marqués de façon claire et lisible. Les mentions que vous devez voir absolument sur l’emballage (et sur les sites de vente) : 

a/ Le nom, la marque commerciale ou tout autre moyen d’identification du fabricant ou du fournisseur.

b/ La désignation visible « Masque barrière ». 

c/ La durée d’utilisation préconisée pour le masque barrière. 

d/ Les instructions d’entretien (nombre de lavage, mode de lavage et de séchage). 

e/ L’instruction suivante : « Ce dispositif n’est ni un dispositif médical au sens du Règlement UE/2017/745 (masques chirurgicaux), ni un équipement de protection individuelle au sens du Règlement UE/2016/425 (masques filtrants de type FFP2).» 

f/ Le pictogramme de la mise en place du masque barrière pouvant se substituer à la notice d’information. 

 

Comment utiliser son masque barrière ?

On ne le répètera jamais assez : le masque barrière n’exonère absolument pas l’utilisateur de l’application des gestes barrières complétés par la mesure de distanciation sociale qui sont essentiels ! 

Les consignes sanitaires sont présentées sur le site du Gouvernement français : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus. 

Des consignes d’usage, une banque d’image et d’affiches et des liens vers des sites proposants des tutoriels se trouvent sur le site AFNOR : https://bit.ly/MasquesBarrieres. Vous pouvez donc partager ceux-ci avec vos salariés et collaborateurs. 

Il est rappelé que des mesures de protection collective doivent être prises en priorité sur les mesures de protection individuelle. 

 

Comment porter son masque ?

Cela va de soit, mais pour être efficaces, un masque barrière doit être correctement utilisé. Pour cela, il est recommandé de le porter sur une peau nue (c'est-à-dire, sans présence des cheveux au contact avec la peau de l’utilisateur et, pour certaines personnes, une peau rasée) et de respecter les étapes suivantes : 

a/ Se laver les mains à l’eau et au savon ou exercer une friction avec une solution hydroalcoolique avant toute manipulation du masque ; 

b/ Pour une réutilisation du masque, s’assurer que celui-ci ait bien été lavé au préalable selon les recommandations du paragraphe précédent.

Comment retirer son masque ?

Pour ne pas être contaminé lors du retrait d’un masque barrière, il doit être correctement retiré et isolé, soit pour être jeté, soit pour être lavé. Pour cela, il est recommandé de :  

a/ Le cas échéant, il est nécessaire au préalable de retirer ses gants de protection ; 

b/ Se laver les mains à l’eau et au savon ou exercer une friction avec une solution hydroalcoolique ; 

c/ Retirer le masque barrière en saisissant par l’arrière les élastiques du jeu de brides sans toucher la partie avant du masque barrière ; 

d/ Placer le masque barrière à jeter dans un contenant spécifique 

e/ Placer le masque barrière à laver dans un contenant spécifique (sac propre par exemple) ; 

f/ Se laver les mains à l’eau et au savon ou exercer une friction avec une solution hydroalcoolique ; 

g/ Nettoyer l’extérieur du contenant spécifique avec un produit nettoyant. 

 

Comment jeter son masque ?

Les masques barrières doivent être jetés dans une poubelle munie d’un sac. Ce n’est pas très zéro déchet mais un double emballage est recommandé ! 

 

Durée d’utilisation du masque barrière 

Le masque barrière doit être lavé chaque fois qu’il est souillé, mouillé ou mal positionné sur le visage. Il convient de ne pas le mettre en position d’attente sur le front ou sous le menton.  

La durée de port doit être conforme à la notice d’utilisation si existante. Dans tous les cas, elle sera inférieure à 4 heures sur une seule journée. 

 

Que trouverez-vous comme masque chez Dream Act ?

Dream Act est une entreprise sociale qui ne distribue que des produits d’artisans engagés. Comme en période normale, notre rôle est donc de trouver le meilleur pour nos clients, à la fois en prenant en compte des critères d’efficacité produit et des critères d’écologie et d’éthique dans le processus de fabrication.

Vous ne trouverez pas sur Dream Act l’intégralité des masques existants, mais uniquement ceux qui répondent aux critères mentionnés au cours de cet article, et qui sont fabriqués par des ateliers avec lesquels nous travaillons déjà en temps normal et qui répondent donc à des critères éthiques et écologiques strictes. 

Les avis de la communauté

Aucun commentaire pour le moment

Donne ton avis